AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexionFAQRechercher

Partagez | 
 

 [BG] Raksi

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [BG] Raksi   Sam 5 Sep 2009 - 1:06

- Origine - (partie 1)



Perchée sur la branche d’un vieil arbre, une jeune femme au regard d’un vert étincelant observait la Tour d’Eternité. Transperçant
le ciel des terres Asmodéennes, la Tour n’était qu’une longue colonne de lumière blafarde brisée en son centre. Des morceaux de son ancienne forme gravitaient toujours autour d’elle.


D’aussi loin que remontaient mes souvenirs, la Tour avait été ainsi, éloignée, insaisissable, silencieuse. Pourtant, aujourd’hui une chose avait changée…moi. Tant de choses s’étaient passées depuis ce jour maudit où les Elyséens avaient envahi les terres proches de mon village. A ce moment, je n’étais âgée que de sept ans mais même à cet âge, on comprend vite quand un évènement tragique va se produire. Lorsque que l’un de ces guerriers approcha vers moi l’arme au poing, je crus tout d’abord qu’il s’agissait d’un magnifique ange bienveillant. Bien sûr, mon père m’avait mille fois conté ces histoires où ces soi disant anges rasaient des villages et tuaient des personnes innocentes. Et comme toujours, les enfants ne croient pas que des êtres aussi beaux puissent faire des actes aussi atroces.

Malheureusement, je dus me rendre à l’évidence quand le guerrier abattit son épée à deux mains sur moi. Un bruit horrible d’os brisés et de chairs déchirées avait empli l’air dans une odeur de sang frais sans que je ne reçoive la moindre blessure. Je me revois parfaitement contempler avec horreur le corps sans vie de mon père, mort sur le coup en me sauvant la vie, baignant dans ma propre urine. Tremblante, je m’étais approchée pour le secouer mais il ne réagissait à aucun de mes appels. Quelqu’un me tira par la manche avec force mais je n’entendais déjà plus, tout se passait trop vite. Je me retournais finalement pour voir qui m’empêchait d’aider mon père. Un liquide chaud et visqueux macula mon visage et mes yeux. De mes mains d’enfant de l’époque, je m’essuyais avant de regarder ce qui m’avait caché la vue. Il s’agissait du sang de ma mère dont je ne reconnus que les vêtements. A mes pieds, des flaques entières de ce liquide rouge ruisselaient sur la terre de mon village en feu.

Quand je repris connaissance, je flottais dans l’ombre de la nuit. Au dessous de moi, les arbres morts et les landes dévastées défilaient à toute allure. Les Elyséens avaient visiblement décidé de m’emmener avec eux et à la vue de leurs sourires amusés, je sus qu’ils me réservaient un triste sort. Ma famille morte, je me laissai entraîner sans la moindre résistance, résignée, l’esprit totalement brisé. Le voyage dura une éternité avant qu’ils ne se décident à atterrir. Quelques mètres avant cela, ils me lâchèrent. Le choc me coupa le souffle. Avec la vitesse, je roulais sur plusieurs mètres pour finir sur le ventre. Ils ricanèrent dans mon dos, en faisant tinter le métal de leurs armes.

Un mouvement lointain mit fin à leurs rires et les mit sur la défensive. Ce changement brutal de comportement me terrifia encore plus. Volant à l’aide de puissantes ailes chargées de lourdes écailles, un Balaur changea sa course pour se poser près des Elyséens. L’atterrissage du grand dragon me fit décoller d’une dizaine de centimètres. Le combat fit rage devant moi dans des gerbes de magie et de fureur. Au final, le petit groupe d’anges fut terrassé par cet adversaire titanesque. A l’inverse des Elyséens, je ne me fis nulles illusions quant à ses intentions. Pas après pas, le dragon s’approcha de moi, leva son énorme pied griffu et l’abattit violemment.


Combien de temps s’écoula-t-il avant que je ne reprenne conscience ? Je ne sus jamais mais c’était bien là le dernier de mes soucis. Les Dieux m’avaient épargnée. Visiblement, le sol avait cédé et je m’étais retrouvée dans une petite crevasse. Un bras cassé fut ma seule blessure grave. Toutefois, une enfant blessée n’avait que peu de chance de survivre dans les Abîmes de la Tour D’Eternité. A ma
grande surprise, quand je fus remontée jusqu’à la surface, quelqu’un se trouvait encore là. Soulagée que ce soit un Asmodéen, je m’approchais de cet homme à l’armure lourde et sombre. Je lui touchais le bras ce qui eût pour effet de le faire tressauter. L’homme aux cheveux blancs m’avait observée un long moment, les yeux écarquillés, avant de prendre une couverture dans son sac. Il remarqua tout de suite mon bras cassé et entonna des paroles étranges. Ma douleur disparut instantanément.
-Voilà bien un endroit où je ne m’attendais pas à voir une fillette, dit une voix enrouée. Ce sont sûrement ces maudits pigeons qui t’ont traîné ici, non?
-Oui, dis-je alors en me recouvrant complètement de sa couverture.
-Je me nomme Abbal. Quel est ton nom ?-
-Raksi…

Ce fut les premiers mots que j’échangeai avec mon mentor, Abbal. La première année fut plus pénible encore que la mort de mes parents. Abbal était un Aède au rythme de vie quelque peu singulier. Pendant près de sept ans, je dus rester avec lui dans ces terres désolées, suivant de force les entraînements et les sautes d’humeur de mon unique compagnie. En y repensant, ce fut peut-être la
meilleure chose qui me soit arrivée. Grâce à lui, les journées passaient tel un songe au rythme des épreuves. Je fis rapidement mon deuil pour me consacrer à ma vengeance. Abbal m’enseigna un millier de choses, de l’art du combat à comment trouver sa nourriture dans des conditions extrêmes. Mon mentor se tira longtemps les cheveux sur le choix de l’arme qui me conviendrait le mieux et conclut finalement que j’étais très à l’aise avec des dagues. Ses doutes se confirmèrent quand il tenta de m’enseigner la magie et les techniques de guérison. J’avais beau faire de mon mieux, rien ne se passait. Il concentra son attention sur mon développement physique.
Au cours de ces années, je vis bien des choses. Combat contre les Elyséens et les Balaurs, des prises et des défenses de forteresses, chasses aux animaux extrêmement dangereux. Avec ma petite taille et ma faible expérience, Abbal m’obligeait à rester en retrait. A l’occasion, je me chargeais de récupérer les vivres apportés par des Asmodéens de passage. Un jour, alors que j’allais nous
ré-approvisionner, Abbal décida de me confier au groupe qui venait. Bien sûr, je n’étais absolument pas d’accord.
-Je refuse ! hurlai-je en frappant son armure de cotte de mailles. Pourquoi tu m’abandonnes ?!
-Ce n’est pas un abandon, Raksi, et encore moins un adieu. (Pesant certainement ses mots dans son esprit, il s’agenouilla pour me regarder droit dans les yeux.) Tu as énormément de colère en toi et c’est parfaitement compréhensible. Mais sache que ce monde n’est pas ce qu’il a l’air d’être. Il est bien plus complexe et mystérieux que tu sembles le penser. Tu as l’âme d’une guerrière de l’ombre, Raksi, tu dévores mes techniques de combat jusqu’à la dernière goutte et je n’ai aujourd’hui plus rien à t’apprendre.
-Mais…
-Il n’y a pas de « mais », répondit sèchement Abbal. Je ne te laisse pas le choix ! Tu vas cependant me faire deux promesses.
-Lesquelles ? demandai-je à contre coeur.
-La première est que tu devras, pendant ta formation à la classe d’Assassin, observer les gens autour de toi et apprendre l’histoire des deux camps. Un vrai guerrier se bat pour le plaisir et le défi, il recherche de vaillants adversaires et ne court certainement pas après de futiles querelles.
-Et la seconde ?
-Revenir me voir le plus vite possible, dit-il avec malice et un petit clin d’œil. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas autant amusé.

Quatre années supplémentaires s’écoulèrent dans les environs du Pandémonium où je reçus une nouvelle éducation. Mes muscles l’endurcirent, mon mental se renforcit tout en gardant en tête les conseils d’Abbal. Ma haine envers les Elyséens diminua mais elle ne pourra jamais s’éteindre entièrement. Les plumes blanches que je tenais dans ma main aujourd’hui en étaient la preuve.

Déployant mes nouvelles ailes offertes ce matin, je pris mon envol.

[hrp] identique que le back de Gally puisue c'est moi ^^ [/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
 
[BG] Raksi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Is a Pancake :: Le Mausolée des Penseurs Oubliés :: Contes & Légendes :: Les Âmes Perdues [BG]-
Sauter vers: